Retraite

Retraite

 

Le premier mot 

L’ensemble des Français s’y attendaient, mais ne savaient pas à quoi s’attendre. Le Gouvernement vient d’esquisser les premiers traits de sa réforme, dont l’objectif est de simplifier, unifier et rendre plus équitable un système de retraites à bout de souffle. Trêve de régimes spéciaux, place au système universel, point final des différents scénarii de retraites, serpent de mer qui ondule de gouvernement en gouvernement, sans que l’on ose s’y attaquer réellement.

Entre perte d’identité qui faisait de la retraite l’aboutissement d’un métier, complexité des différentes phases de transition, et enfin difficulté à rétablir l’équilibre financier, le gouvernement va-t-il devoir battre en… retraite ?

Mot pour mot

Retraite vient de l’ancien français retraire qui désigne « se retirer d’un lieu ». Dans un contexte militaire, battre en retraite signifie quitter le champ de bataille et par métonymie le mot désigne la sonnerie du clairon annonçant le couvre-feu.

C’est à partir de 1580 que Montaigne utilise le terme retraite pour indiquer l’état d’une personne qui se retire de la vie professionnelle. Avec la création du statut de salarié et des conditions sociales, le terme va peu à peu désigner la situation d’une personne qui ne travaille plus et touche une pension.

Mot à mot

L’ancêtre de tous les régimes de retraite français est sans doute « La Caisse des Invalides de la Marine Royale ». Colbert, alors ministre des finances de Louis XIV créera également une pension de retraite pour les marins dès 1673. Petit à petit, d’autres catégories de régime suivront : les militaires en 1831, les agents de l’État, les mineurs en 1894 ou les cheminots en 1909. C’est juste après la Révolution française que les fonctionnaires auront eux aussi leur propre régime.

Toutefois l’idée ne date pas d’hier… L’empereur Auguste avait, il y a plus de 2000 ans déjà, mis en place les fondements du premier système de retraite pour les vétérans de l’armée, d’abord sous forme de foncier puis de pécule. On a tous en mémoire, l’album d’Astérix « Le cadeau de César » qui met en lumière ce système d’attribution de terres aux militaires. Cette institution originale perdurera jusqu’au IIIème siècle après J-C, preuve que les Romains possédaient de vrais talents de visionnaires !

Le mot de la fin

De « battre en retraite » à « prendre la poudre d’escampette », il n’y a qu’un pas. Escampette vient de l’italien scampare qui signifie « s’enfuir » ou « battre en retraite ». Les artilleurs se plaçaient devant les troupes à pied et pour assurer la sécurité des soldats, les réserves de poudre qui étaient disposées à l’arrière étaient rapportées au fur et à mesure de l’avancée des combats. Durant une bataille, quand l’ennemi gagnait du terrain et s’approchait de la victoire, les porteurs de poudre, allaient donc « à la poudrière » mais ne revenaient pas à l’avant du front… Ils décampaient.

Autre signification possible, la poudre ferait référence à la poussière soulevée lors d’une fuite. Du temps de Molière, cette expression faisait allusion aux poudres purgatoires très en vogue, grâce auxquelles les charlatans s’enrichissaient. Celui qui avait le malheur d’ingérer cette poudre maléfique, s’enfuyait subitement en courant, pris de crampes violentes…

Les manifestants de jeudi n’ont pas battu en retraite pour préserver leur régime mais ont très certainement battu le pavé pour se faire entendre !

Leave a Reply

Your email address will not be published.